Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

30 Les mille et une Nuits, modement. En difant cela, ils continuèrent de marcher, & marchèrerit tout le refte du jour fans s'arréter. Le jouaillier, fatigué du chemin qu'il avoit fait, & chagrin de voir que la nuit s'approchoit, & que 1'inconnu marchoit toujours fans lui dire oü il prétendoit le mener, commengoit a perdrs patience , lorfqu'ils arrivèrent a une place qui conduifoit au Tigre, Dès qu'ils furent fur le bord du fleuve , ils s'embarquèrent dans un petit bateau , & pafsèrent de 1'autre cóté. Alors 1'inconnu mena le jouaillier par une longue rue oü il n'avoit été de fa vie; & après lui avoir fait traverfer je ne fais combien de rues détournées , il s'arréta a une porte qu'il ouvrit* II fit entrer le jouaillier, referma & barra la porte d'une grofle bari'e de fer, & le conduifït dans une chambre oü il y avoit dix autres hommes qui n'étoient pas moins inconnus au jouaillier que celui qui 1'avoit amené.

Ces dix hemmes regurent le jouaillier fans lui faire beaucoup de complimens. Ils lui dirent de s'affeoir ; ce qu'il fit, II en avoit grand befoin, car il n'étoit pas feulement hors d'haleine d'avoir marché fi long-tems , Ia frayeur dont il étoit faifi de fe voir avec des gens fi propres a lui en caufer, ne lui auroit pas permis de demcurer debout. Comme ils attendoient leur

Sluiten