is toegevoegd aan je favorieten.

Le cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Contes Ababè5> 445* 3e me parler? Avez-vous bien pu conceyoir feulement la penfée d'afpirer au manage a une Princeffe fille d'un roi auffi grand & auffi puiffant que je le fuis ? Vous deviez mieux conhdérer auparavant la grande diftance qu'il y a de vous a moi , & ne pas venir perdre en un moment 1'eftime que je faifois de votre perfonne.

Le roi Saleh fut extrêmement offenfe dune réponfe fi outrageante , & il eut bien de la peine a retenir fon jufte reffentiment : Que dieu , fire , reprit-a avec toute la modération pofuble , récompenfe votre majefté comme elle le mérite ; elle voudra bien que j'aye 1'honneur de lui dire que je ne demande pas la princefle fa fille en mariage pour moi. Quand cela feroit, bien loin que votre majefté düt s'en offenfer , ou la princefle elle-même , je croirois faire beaucoup d'honneur è 1'un & a 1'autre. Votre majefté fait bien que je fuis un des rois de la roer, comme elle; que les rois mes prédeceffeurs ne cédent en rien par leur anciennete a aucune des autres families royales, & que le royaume que je tiens d'eux, n'eft pas moins floriflant ni moins puiffant que de leur tems. Si elle ne m'eüt pas interrompu, elle eut bientöt compris que la grace que je lui demande, ne me regarde pas, mais le jeune roi de Perte,