Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

yi± Les mille et une Nuits, Jent vin étoit un des principaux, particulierement dans la partie ou elle fe trouvoit; qu'il en avoit une pièce de fept ans qui n'étoit pas encore entamée , & que , fans le trop prifer , c'étoit un vin qui furpafioit en bonté les vins les plus excellens du monde. Si ma princeffe, ajouta-t-il, veut me le permettre , j'irai en prendre deux bouteïlles, & je ferai de retour incefTamment. Je ferois fachée de vous donner cette peine , lui dit la princeffe , il faudroit mieux que vous y envoyafiiez quelqu'un. II eft néceifaire que jy aille moi-mcme , repartit le magicien afriquain ; perfonne que moi ne fait oü eft la clé du magafin , & perfonne que moi auffi n'a le fecret de I'ouvrir. Si cela eft ainfi, dit la princefie , allez donc & revenez promptement. Plus vous mettrez de tems, plus j'aurai d'impatience de vous revoir, & fongez que nous nous mettrons a table dès que vous ferez de retour.

Le magicien afriquain plein d'efpérance de fon prétendu bonheur, ne courut pas chercher fon vin de fept ans, il y vola plutöt, & il revint fort promptement. La princeffe qui n'avoit pas douté qu'il ne fit diligence, avoit jeté ellemëme la poudre qu'Aladdin lui avoit apportée, dans un gobelet qu'elle avoit mis a part, & elle venoit de faire fervir. Ils fe mirent a'

table

Sluiten