Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

jrict Les mixlë êt une Nuits, Dès qu'il eut vu le magicien afriquain étendu tur le fofa, il arréta la princeffe Badroulboudour qui s'étoit Ievée, & qui s'avan9oit pour lm temoigner fa joie en 1'embraffant: Princeffe dit-il, ,1 n'eft pas encore tems, obligeZ-moi dé vous retirer a votre appartement, & faites qu on me laiffe feul, pendant que je vais travaiiler a vous faire retourner a Ia Chine avec Ia Jneme dihgence que vous en avez été éloignée.

En effet quand la princeffe fut hors du fallon avec fes femmes & fes eunuques, Aladdin. ferma la porte, & après qu'il fe fut approche du cadavre du magicien afriquain, qui étoit demeure fans vie, il ouvrit fa vefte, & il en tira la lampe enveloppée de la manière que la princeffe lui avoit marqué. II la développa & |1 la frotta : auffitót le génie fe préfenta avec Ion compliment ordinaire. Génie, lui dit Aladdin , je t'ai appelé pour t'ordonner de la part de la lampe ta bonne maitreffe, que tu vois de faire que ce palais foit reporté inceffammentaIaChine.au méme lieu & a la même place dou H a été apporté ici. Le génie, après avoir marqué par une inclination de tête, qu'il a"oit obeir difparut. En effet, le tranfport ie fit & on ne e fentit que par deux agitations fort %eresj lune, quand il fut enlevé du lieuoüil «oit en Afnque,&pautre uand afa f

Sluiten