Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

6' Les mille et üne Nuits, demandoit, nous ne pourrions la trouver nousmémes ïi nous la cherchions.

Le calife étoit un jour dans cette fituation d'efprit, quand Giafar , fon grand-vifir , fidéle & aimé , vint fe préfenter devant lui. Ce rniniftre le trouva feul, ce qui lui arrivoit rarement; & comme il s'appercut en s'avan^ant qu'il étoit enfeveli dans une humeur fombre, & méme qu'il ne levoit pas les yeux pour le regarder, il s'arrêta en attendant qu'il daignat les j etter fur lui.

Le calife enfin leva les yeux, & regarda Giafar ; mais il les détourna auffitöt, en demeurant dans la méme pofture , auiïi immobile qu'auparavant.

Comme le grand-vifir ne remarqua rien de facheux dans les yeux du calife qui le regardat perfonnellement, il prit la parole. Commandeur des croyans, dit-il, votre majefté me ;permet-elle de lui demander d'ou peut venir la mélancolie qu'elle fait paroïtre, & dont il m'a toujours paru qu'elle étoit fi peu fufceptible ?

II eft vrai, vifir, répondit le calife en changeant de fituation , que jen fuis peu fufceptible , & fens toi, je ne me ferois pas apper$u de celle ou tu me trouves, & dans laquelle je ne veux pas demeurer davantage. S'il n'y a rien 4e tnouvsau qui t'ait obligé üe venir, tu me

Sluiten