Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

jt Lis Aventüres obéir. Deux nymphes me prirent par les maln*» & m'emmenèrent. Pendant un mois j'obéis exactementatout ce qui me fut commande , & je mappereus que les beaux yeux de la terne 'ui dans les commencemens etoient 1 muitte rence mème , devenöient de jour en jour plus favorables. Elle m'aima enfin très-ardemment: , & fon cceur étant dans cette heureufe dupobtion elle me tint un jour ce difcours : Tu m as aagriee par tes foumidions j mais ce heu eft peu Propre a nos pfcrffes. Des gines curieufcs & Lufes , qui fe difent mes amies , en favent trop bien la route , nous y ferions ccop tot dccouverts. Je fais un réduit dclicieux ou -nous ferons beaucoup moins expofés : aüons-y. Je lui marquai que j etois tout prêt a la fuivre. Preparons-nous donc au dépatt, cönnnua-t-elle , en me faifant entrer dans un grand cabmet, Cétoit fon tréfor. 3'y vis avec étonnement hx tables d'or , fur chacune defquelles il y avoit un «and vafe de turquoife de viedle roche, rempli derichefTes ineftimables. Le premier etoit plein de topafes; le fecond d'émeraudes, le troifieme de rubis } le quatrième de faphus 5 & le cmquieme de diamans & de perles parfaitement rondes, grofles comme des noix de galle. Le dernier vafe qui étoit plus grand que les autres, renfermoit toutes fortes de bijoux fi délicatement

travadles,

Sluiten