Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

2$e> Les mille et un Jour; mis paroiflbient, & venoient a lui en bataille. Aufli-tot le jeune prince fit faire alte, & difpofa fes troupes a combattre.

X L V I. JOUR.

I_i Es deux armées étoient a peu prés égales en nombre, & les peuples qui les compofoient n'étoient pas moins belliqueux les uns que les autres \ aufli le combat qui fe donna fut- il fanglant 8c opiniatre. II commenga le matin, Sc dura jufqu'a la nuit. Des deux cotés les officiers & les foldats s'acquittèrent bien de leur devoir. Le fulran fit pendant l'adKon tout ce que pouvoit faire un guerrier confommé dans le mérier des armes, 8c le prince Calaf, plus qu'on ne devoir attendre d'un fi jeune général. Tantöt les tattares Nogaïs avoient 1'avantage, & tantöt ils étoient obligés de céder aux efforts des Carizmiens. De manière que les deux partis, fucceflivement vainqueurs & vaincus, fonnèrent la retraite a 1'entrce de la nuit, réfolus de recommencer le combat le len-demain. Mais le commandant des Circafliens alla fecrèrement trouver le fultan, & lui promit d'abandonner les Nogaïs, pourvu que par un traite , qu'il jureroit d'obferver religieufement, il s'engageat a ne jamais exiger de tribut des peuples

Sluiten