is toegevoegd aan uw favorieten.

Le cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ContÉs Persan s. 439 Je regardai par-tout pour voir fi quelqu'un ne s e* toit point caché pour m'obferver ; & n'ayant trouvé perfonne, je rirai ma maitrefle du cercueil 8c de fa lethargie; je lui fis prendre une robe que j'avois fous la mienne avec un voile, & nous nous rendimes toutes deux a un endroit oü Chapour nous attendoit. Ce fidéle eunuque emmena la princefle dans une petite maifon qu'il avoit louée, 8c moi je revins au rombeau pafler le refte de la nuit; je fis un paquet d'étoffe de la forme d'un cadavre , je le couvris d'un drap qui avoit fervi a envelopper Zélica, & je 1'enfermai dans le cercueil.

Le lendemain marin , les autres efclaves de Ia princefle vinrent prendre ma place , que je ne quittai point fans faire auparavant toutes les grimaces dont eft ordinairement accompagnée la douleur. On rendit compte au roi des marqués d'afflidion qu'on m'avoit vu donner; ce qui 1'auroit excité a me faire des préfens , quand il n'y auroit pas été déja déterminé ; il fit tirer de fon tréfor dix mille fequins, qu'on me compta, 8c il m'accorda la permilfion que je lui demandai, de me retirer, & d'emmener avec moi l'eunuque Chapour: après cela j'allaitrouver ma maitrefte pour me réjouir avec elle de 1'heureux fucccès de notre ftratagêmë. Le jour fuivant ,

Ee 4