Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

zS Les mille et un Jour,

C X. JOUR.

C^Uand le menuifier & 1'efclave furent arrivés , 1'étranger dit au premier de faire un coffre long de fix pieds & large de quatre ; 1'ouvrkr mit aulli-tot la main a 1'ceuvre. L'étranget de fon cóté ne demeura pas oifify il fit plufieurs pièces de la machine , comme des vis & des relforts ; ils travaillèrent 1'un & 1'autre toute la journée , après quoi le menuifier fut renvoyé. L'étranger paffa le jour fuivant a placer les reflorts & a perfeétionner 1'ouvrage.

Enfin, le troifième jour le coffre fe trouvant achevé , on le couvrit d'un tapis de Perfe, & on le porta dans la campagne oü je me rendis avec 1'étranger, qui me dit : renvoyez vos efclaves, & demeurons ici feuls ; je ne fuis pas bien aife d'avoir d'autres perfonnes que vous pour témoin de ce que je vais faire. J'ordonnai a mes efclaves de retoumer au logis, & je reftai feul avec 1'étranger. J'étois fort en peine de favoir ce qu'il feroit de cette machine, lorfqu'il entra dedans , en même-tems le coffre s'éleva de terre, & fendit les airs avec une viteffe incroyable y dans un moment il fut fort loin de moi, & un moment après il revint defcendre a. mes pieds.

Sluiten