Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

be JE'RUSALEM. Liv. IV. Cm II. 161

tre fupérieur , que le Roi, méprifa la propofition de Raimond. Et les autres Seigneurs de 1'armée, foit par jaloufie, ou par d'autres motifs, prenant tous part a ce démêlé, les uns pour, les autres contre, fe dégoutèrent teliement les uns les autres, qu'au lieu de s'attacher férieufement a réduire le Chateau, comme ils 1'auroient pu facilement, ils fe débandèrent peu, a peu, &c s'en retournèrent a Antioche. Ainfi, par une conduite aufii indigne, que honteufe, ils firent évanouïr toutes les efpérances, que les Chrétiens avoient coneues de leurunion, & de leur entreprife, laquelle n'aboutit enfin, qu'a la prife d'un petit Chateau, que les Infidèles polfédoient a quatre lieues dèAntioche , & dont les Citoïens incommodoient trés-fouvent les Bourgeois de cette Ville, & ceux de la Campagne.

Voila comment les difpofitions les plus favorables, & la plupart des fecours de 1'1 Europe devenoient inutiles aux Chrétiens de la Terre-Sainte. II n'eft donc pas furprenant, que les Infidèles les aïent enfin chalfés d'un Pays, oü les paffions, les intéréts, & la jaloufie, triomphoient également, & oü, par une politique inconcevable, les Souverains fe dépouillèrent de leurs Villes, & de leurs Clrateaux , pour engratifïer des perfonnes, dans desvües particulières, ce qui leur faifoit très-fouvent des ennemis plus rédoutables, que les Barbares mêmes. D'ailleurs, ils ne recevoient de ces perfonnes aucun fecours, fi non, lorfque leurs Ennemis communs attaquoient quelque endroit, qui les intérelfoit tous, & rarement, lorfqu'il faloit les attaquer fur leurs propres terres; fatalité que le Roi Baudouin , & fes Prédécelfeurs, n'éprouvèrent que trop fouvent, fans y pouvoir rémédier.

Dés que ce Prince, le Comte de Flandres, & les Ordres Militaires furent de retour a Jérufialem, après 1'inutile journée de Céfiarée, il fut obligé de reprendre les armes, pour aller délivrer le Fort de Sueta. Ce Fort n'étoit, a proprement parler, qu'une Caverne, fituée fur une Montagne, prefque inaccelfible. mais dont le pofte étoit très-important aux Chrétiens, Noradiïs

X Pétoil

Rtflexim piitiauc.

AxticUlll.

Caverne At Suéca fur une mcntagnc.

Sluiten