Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

DISCOURS.

2?

II. b. Origine ^5 fa Ligue Suiffe.

En Suiffe (a) ce mot de GeJJler k Werner Stauffacher: Je fuis poffejfeur de la contrée & de tout ce qu'elle contient, eft Ie fignal de Ia révolte. Le citoyen indigné communiqué a fon époufe les paroles qu'il venoit d'entendre; elle lui confeille de conférer avec d'autres citoyens éclairés, courageux, & qui gémiflbient fous la même oppreffion que lui. Auffitöt-il part pour Uri oü il n'entend que des plaintes fur Ie gouvernement tyrannique de GeJJler; il va trouver fon ancien ami Walter Furjl & délibere avec lui fur les moyens de délivrer la patrie. Arnold du Melchthal, le même que nous avons vu en Underwalden défendre fon père de la violence des fatellites de Landenberg, eft invité fecrétement de leur part a venir les joindre, & ces trois hommes remarquables fe prêtent un ferment mutuel d'employer toutes les refiources qui dépendroient d'eux, pour rendre la liberté k leurs compatriotes, & ils conviennent d'engager chacun dans leur Canton autant de perfonnes qu'il leur fera pofïïble a entrer dans la confédération & a jurer de facrifier leurs biens & leur vie pour le falut de la patrie. Le fecret devoit être inviolabic juf^'a ce qu'ü fut temps d'agir. On choiüt un endroit prés du lac d'Uri oü eux trois accompagnés chacun de deux ou trois amis, fe raffembleroient pour tenir des délibérations ultérieures. Ayant arrêté tous ces points ils fe feparent; & de retour chez eux, ils réuffiflent a perfuader a beaucoup de leurs concitoyens de tout rang d'entrer dans la ligue.

Aumoisd'Octobre i307 douze des principaux confédérés s'affemblent a 1'endroit indiqué; & ils y auroient conclu dès lors de lever le masqué, fi ceux d'Underwalden n'avoient fait voir qu'il falloit commencer par s'emparer des deux ch£teaux que Landenberg occupoit dans leur Canton; qu'il étoit dangereux de 1'entreprendre a voie ouverte, & qu'il n'y avoit que le premier jour de Janvier qui parut propre a tenter ce coup par furprife. Ce jour fut donc fixé pour mettre en oeuvre un projet qui annoncoit les plus grandes fuites: on convient en même temps, pour donner des preuves de la pureté de fes intentions, de ne faire violence k perfonne, excepté a ceux qu'on trouveroit les armes a la main, & de ne point fe livrer au pillage, mais uniquement de détruire les chateaux.

La mort de GeJJler arrivée peu de femaines après cette conférence n'y apporta aucun changement. L'hiftoire de Guillaume Teil qui en délivra fa patrie eft trop connue pour la rapporter au long. Sur fon refus de faluer le chapeau du Gouverneur ,érigé dans le marché d'Uri,il eft condamné par ce tyran d'abattreacoups de fleche une pomme placée fur la tête de fon fils; il 1'execute heureufement: mais

un

O) Voyez les mêmes Auteurs cités plus haut.

D 2

Sluiten