is toegevoegd aan uw favorieten.

Entretiens du maitre avec ses ecoliers

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

< >~

Non mon ami! II me re>te eftcére a vous mettre une chofe, la plus importante de toutes devant le? yeux, et quelques autres. S'il de voit y avoir une égalité abfoluë de conditions dans le rriorrde; il n'y auroit plus de fbcietés, et chacuïi demeureroit avec fes enfans dans^ une chetive cabane, ayant une petite portion de terre a cultiver: et! — et, tout miferable que fut une telle fituation «** n'exciteroit-elle pas des disputes et des contestations? La familie de 1'un féroit plus nombreufe que celle de 1'autre, et if lui faudroit un agrandisfement de terrein: il étendroit donc fes limites vers un voifin, qui fe voyant trop resferré, vu 1'agrandisfement apparent ou posfible de fa familie, lui diroit; je ne veux pas que vous m'approchiez de rrop prés: — et celui-ci lui repliqueroit; et de quel droit, mon voifin! ne voulez-vous pas qué j'étende les limités de mon territoire, a proporK 4 tion