Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

des Génie s. 2^ d'exhaier les foupirs de fa douleur. II étoit comme le fanglier de laforêt , percé des traits de mille chafleurs.

Au milieu de fon affliftion, Ja porte s'ouvrit. Amurath parut. Sadak tomba la face c ontreterre.

ii Doubor, dit le Sultan, oü étois-tu ? oü » font les gardes ? Quel eft ce muet qui rev póïoit tout-a d'heure fur ton fem ? Que fais»tu a cette porte dans 1'ombre épaiiïe de la » nuit» ?

« O glorieux Monarque ! répondit Doubor, V lorfque mon Maitre s'eft retiré pour repofer' »je fuis venu faire ma ronde accoutumée v examinant toutes les gardes pour voir par » mes yeux fi tout étoit dans 1'ordre & chacun » a fon pofte. A mon retour , m appercevant j> que mon Seigneur étoit levé, j'ai appelé ce » muet, n'öfant pas troubler la démarche feJ> crette de mon Maitre par le bruit de fa » garde , & je t'ai fuivi k 1'appartement de ta » belle Kalajrade. J'attendois lei, dans Ja pen» fée que mon Seigneur pouvoit avoir des v ordres a donner a fon efclave ; ce muet eft Tcwze ƒƒƒ, C

Sluiten