is toegevoegd aan uw favorieten.

Germanicus, poëme, en seize chants.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

CHANT QJJ A TRI KM E. ior

mille au camp des Romains, pour les fouftraire aux entreprilës de 1'ennemi, & fait rafer la forteresfe. Au milieu de ces foins, il recoit un exprès de Cecina, qui vient lui rendre compte des progrès des légions , confiées a fes ordres. Ce digne Lieutenant de Germanicus apprend au Prince, qu'il a retenu dans le refpect les Uzipiens & les Tenctres ; que, s'avancant de contrée en contrée, il a par-tout arrêté les peuples, prêts a prendre les armes; & que les Marfes, qui avoient ofé lui disputer le pasfage, ont payé cher leur téuierité, & ont été entierement défaits.

A la reception de ces hcureufes nouveiles Germanicus fait asfembler les Chefs de 1'armée , pour délibérer fur le chemin qu'on fuivra pour marcher aux ennemis avec fuccès. II fe préfente a eet égard deux plans a fon efprit. „ Dois-je,leur dit-il, pour,, fuivre Arminius par terre , en fuivant „ les fentiers ,dans lesquels nous fommes„ engagés? Ce chemin est le plus court „ fans doute, mais il offre le plus de dif„ ficultés: les fleuves rapides & profonds, „ les montagnes escarpées , les terreins ,, marécageux, les forüts , les embuches ,, des ennemis, enfm tout ce qui coüta li ,, cher a Varus est a craindre dans cette „ marche pénible. Ne feroit-il pas plus „ fur , fages amis , de s'embarquer au „ plustót fur 1'océan Germanique ; de pé„ nétrer jusqu' aux rives de 1'Ems , & ,, d'attaquer 1'ennemi furpris au milieu de

fes foyers?" Pifon fe déclare d'abord E 1 pourr