Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Bas-Empire. Liv. XI. 25 *> refte plus a vous èc k moi qu'une » chofe k faire; k vous, de mainte» nir votre ouvrage & de défendre » contre fes ennemis celui que vous » avez élevé ; k moi, de payer vos » fervices , & d'écarter les intrigues » qui pourroient vous fruftrer des » récompenfes qui vous font dues. » Je déclare donc aujourd'hui com» me une loi irrévocable, & je vous » en prends a témoins, que défor» mais perfonne ne pourra fur au» cune autre recomman dation que » celle de fes fervices, obtenir au» cun office civil ni militaire; & que » quiconque ofera folliciter pour un » autre une pareille faveur, nerem» portera que la honte d'un refus". Ce difcours anima le courage des fimpies foldats , qui fe voyoient depuis long-temps exclus des emplois militaires & des récompenfes : tous unanimement applaudirent par des cris de joie, en frappant de leurs piqués fur leurs boucliers. Mais cette loi nouvelle gênoit 1'ambition des Officiers;

pour effayer de la détruire dès fa naiffance, les chefs des deux légions Gauloifes qui venoient de fe figna-

Torne III, B

CONSTANCE.

Ann. 36c.

Sluiten