Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

£36 HlSTÖIRE

La veuve étant venue remercier le Prince , un cierge allumé a la main, felon la coutume de ce temps-la: Ou. font les juges ? dit Théodoric; on les amena devant lui: Et pourquoi, leur dit-il , avec indignation, ave^-vous prolongé pendant trois ans une affaire, qui ne vous a coütè quun jour de dificufifion ? Après ce reproche , il leur fit trancher la tête. Cet exemple mit en activité tous les tribunaux. On lui attribue un jugement lemblable a celui que l'Empereur Claude avoit rendu dans une occafion pareille. Une femme mariée en fecondes noces refufoit de reconnoitre fon fils du premier lit. Théodoric , après avoir interrogé le jeune homme, demeura perfuadé qu'elle étoit véritablement fa mere ; & comme elle s'obftinoit a le nier : Eh bien , dit-il, puifquil nejl pas votre fils, ie caffe votre fecond mariage, & je vous ordonne de l'époufer. La mere frémit d'horreur, &avoua la vérité. La fureur des duels régnoit en Pannonie; les diverfes colonies de Huns, de Sueves, de Gépides, qui, depuis long-temps, fe répandoient dans ce pays, y avoient in-

Sluiten