Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Nicéphore.Aon. Sio.

Ann. 811. XXVII. Les Sarafins s'emparent de ]a caiHe militaire de Léon. Theoph. p. 414.

Cedr. p. '481.

Zon. t. II. p. 114. Hifi. mife. I. 24. Autor in~ certits pofi. Theo. pag. 428.

Contin, Theo. pag. ?. 8-

233 HlSTOIRB

que des imbécdles; lui feul favoit régner. Athée dans le cceur, il nioit la Providence, & répétoit fouvent qu'elle étoit dans la tête du Prince , dont la prudence & la fageffe étoit Punique reflbrt des événements : préfomption impie & infenfée, dont cette même Providence qu'il outrageoit, ne tarda pas de tirer une vengeance éclatante.

Un fi méchant Prince étoit mal fervi par ceux mêmes dont les talents auroient pu lui faire honneur, s'il eut fu s'en faire aimer. Léon, qui commandoit en Oriënt, depuis qu'il avoit abandonné Bardane, s'étoit fignalé en plufieurs combats contre les Sarafins. II étoit alors dans la Province d'Hélenopont, qui comprenoit une partie de la Paphlagonie & de la Cappadoce. Découragé par 1'infenfibilité d'un Prince , qui, tout occupé d'entafler des tréfors, ne favoit ni connoitre ni récompenfer le mérite , il fe livroit aux plaifirs, & négligeoit le foin de fa Province. Jeune & voluptueux, fe voyant oublié de l'Empereur , il oublioit lui-même tous fes devoirs. Les Sarafins, dont les cour-

Sluiten