Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

be? Bjs-Empire. Liv. LXXXII. s.$ y fut entree, elle fe montra aux afüégeants fwr le haut des murs avec de grands cris , étalant devant elle les enfeignes Impériales. A cette vue, Acfancar fe perfuada que 1'Empereur lui -même étoit venu s'enfermer dans la ville avec toutes fes forces. Ce qui lui caufa tant de terreur, que dès la nuit fuivante , il leva le üege, & reprit en diligence le chemin de la Perfe. L'armée Grecque n'étant en état ni de Ie pourfuivre , ni de s'emparer de Nicée, prit le parti de retourner k Conftantinople , après avoir fervi Aboulcafem mieux que 1'Empereur rrauroit defiré.

Le Sultan de Perfe avoit k fe venger tout-a-la-fois d'Aboulcafem, qui lecouoit le joug de 1'obéifTance, & de 1! Empereur qui le foutenoit dans fa révolte. Quoiqu'il ne put pardonner k 1'Empereur de lui avoir débauché fon envoyé, & d'avoir récompenfé fa perfidie, il haïffbit encore davantage Aboulcafem. Ayant mis fur pied une nouvelle armée, dont il donna le commandement a Bouzan, Roi de Harran , il le chargea d'une lettre pour Alexis, parlaquelle Temt, XV1IL B

Alexis. An. 1085.

x.

Mortd'A-

boulca-

rem.

Sluiten