Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Bas-Empire. Liv. CIT. 3$ quels on avoit eu recours pour lui fur prendre fa démiffion, étoient contrair esaux faints Canons. Ces défaveus de Jofeph, &c ces démentis qu'il donnoit a chaque inftant aux ichifmati ques, ne laifl'oient pas de les embar raffer, fans cependant jamais les dé concerter; ils n'en continuoient pa; moins a abufer de fon nom pour tour menter ceux qui avoient le malheui de leur déplaire ; car ce Partriarchf qu'ils ne refpe&oient guere eux-mêmes, n'étoit entre leurs mains qu'une efpece de fantöme dontils fe jouoieni pour effrayer la multitude; mais ce fantöme ne tarda pas a leur échapper. Jofeph fuccombant fous le poidi des années & des infirmités, mourut ou plutöt celTade vivre, versie commencêment du mois de Mars

La mort de Jofeph confterna ceux qui s'étoient attachés a fa perfonne, & releva le courage des partifons d'Arfene. On vit ces derniers fortir en foule de leurs retraites, & mena£er avec non moins de fureur ceux qui avoient fuivi le parti du Patriarche défunt, que ceux qui s'étoient

Tome XXIII. B

Andronic II. ■ An. nSfj

XIT. Les Arfc-. nites repre nn ent courage. Pachym. I. l.ch. 12 & 13. Andr.

Sluiten