Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

nu Bas-Empire. Lrv. CV. 517 les Barbares. Hilarion, qui connoiffoit 1'hiimeur du terrible Prélat, fut effrayé ; il quitta les armes, Si vint fe réfugier auprès de l'Empereur. Ce Prince lui fit beaucoup d'accueil, le prit fous fa protection ; mais il n'eut pas le crédit de le réconcilier avec Athanafe. A peine Hilarion fe fut retiré, que les Turcs reparurent dans les environs d'Elegmos, &y recommencerent leurs brigandages. Les habitants redemandent k grands cris leur premier défenfeur. Andronic ne peut réfifter aux follicitations de ces ïnfortunés, il ordonne a Hilarion de partir; Hilarion arrivé, & la victoire marche de nouveau fur fes pas. Les Turcs font chaffés de toute part; & tant que ce jeune guerrier refta dans ie pays, il fut le fléau des ennemis & le falut des habitants.

Au refte , les fuccès de ce Moine belliqueux n'étoient qu'un bien foible dédommagement des pertesque 1'Empire faifoit journellemenr dans les autres contrées de 1'Afie. Ephefe étoit tombée au pouvoir de Saïfan, Emir Turc. Les Ephéfiens s'étoient rendus par compofuion fous la pro-

Andronic n. et Michel son

fils. An-, 1308,

lui.

Progrès des Turcs en Afie. Pachym. L 7. c. 413. Andr.

Sluiten