Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Bas-Empire. Liv. CIX. 517 » je ne vtux point rnoppofer d fa pieufè » rifoiution ". Quoi, Seigneur replique Cantacuzene, ne vaudroit-il pas mieux qu'ufant de votre autorité, vous lui défendifjiez de quitter le monde oü il peut être utile. » Porte^ lui ma rêpon» fe, reprit le Prince , & je vous/ure » qu'il perdra bientót l'envie de fe faire » moine ". En effet, Apocauque ne donna pas a Cantacuzene le temps d'achever ce qu'il avoit k lui dire de la part d'Andronic. Jevois bien, ditil, que ma retraite feroit agréable a F Empereur; mais elle ne le feroit pas d mon ami. C'en efl ajfe^, je ne la ferai point. Andronic, lorfqu'il fut ce détour d'Apocauque , dit en riant au grand Domeftique : Avoue^ quejeconnois mieux les hommes que vous, & que je fais mieux démêler ce qu'ils om dans Came d'après leurs paroles. Cantacuzene s'en tira en faifant a fon maitre de grands compliments fur Ie fupériorité de fon efprit, & fur h profonde connoiffance qu'il avoit di cceur humain. Apocauque, en ufan de ce ftratagême, avoit eu probable ment deflein de fonder les difpoft tions de 1'Empereur k fon égard , &

Andronic III. An. 134c.

Sluiten