Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

234 VlNGTIÉME

le deflein, de tenir en regie Ia vüle même. Auffi ne pourraieuB-elles être rafées, fans ruïner quantité de families; puisque le prix des maifons en ville

vint, fi on avait donné le fignal pour I'aflaut. Ce Vitlr efpérait de la ('oreer a une capïtul'ation , qui devait amener la plus grande partie des richefTes qui s'y tronvaient, dans fa caffettc, fans que 1'armée s'en appercüt. C'ell la raifon pourquoi les Tartares fe féparerent quelques jours avant 1'arrivée de -Sobiesky de 1'armée, ce qui donna la vi&o:te aux Aüiés.

On s'étonne , quand on lit chez les hiftoriens de ce giand evenement, la vanité ridicule que la cour aflêcta après cette victoire. On délibérait dans le miftere impérial, fi fempereur recevrait Sobiesky & fes héros qui venaient i la rencontre de fa Majefté, affis ou debout, ou a cheval, & a téte couverte o u a tête nue. Le roi, qyi, comme fouverain europeen était d'un rang égal a fempereur, qui venait avec une nation libre d'un pays etrangcr pour fauver 1'Empire, & conferver a la maifon d'Autriche dans fa plus grande détreffe une couronne ébranlée; en un mot, qui verfa fon fang & celui des fiens tandis qu'on était aux piés de I'autel 4 Lintz a dire les litanies; fut chicané 'pendant deux jours avec les protocoles de rétiquette. derla chancellevie impériale.

A peine croirait-on qu'il fut poffible , qu'on put revenir de ces préjugés, quand on confidere cette mCme cour fous le gouvernement préfent.

Je me fis montxer rendroit jufqu'oü les Infldeles dcvaient avoir pouffé leurs mines. Ou fapqele au Meidenfebujf, c. a d. au trait d'infide. Un joli petit Turc a cheval tient au coin d'une maifon, & tire fes fleches fur les verdurieres qui revendent dans ces cnvirons.

Sluiten