is toegevoegd aan uw favorieten.

Le simbole des apotres, ou Les dogmes du christianisme, consideres sous leur point de vue primitif.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

o<5 U N I T é

il eft parlé d'un faux prophetenommè Bar- Jefus. C/eft le nom de Chrift qui particulieremcnt'le diftmgue des creatures, et qui exprime tous les raports heureux qu'il a avec nous, qui nous forcent d'avouér fa Domination et de lercconnaitre pour notre Seigneur.

Et en effet M. PR. notre ignorance dans ce qui regarde notre falut, n'avait elle pas befoin d'un prophete, qui, nous traca une route fure, d'ou nous pourrions conftamment voir cette luéür qui nous indique que la fortie de ce monde ne peut être que Pentrie dans une region plus lumineufe? fi la lumiere dc la nature avait été asfez efficace pour empecher les hommes de fuivre une autre route que celle de la verité; d'ou vient que les peuples qui n'ont point eu d'autre guide, ont imaginé tant de cultes bifarres, tant de pratiques qui choquent même les notions que nous nommons naturelies ? D'ou vient que tous les fages qui ont entrepris de reformer les moeurs, ' de corriger les idees, ont toujours asfuré qu'ils avaient quelque commerce particulier avec la divinité ? D'ou vient que tous les impofteurs ont eu recours a cette asfertion pour accrediter leurs menfonges ? Non M. FR. Ie fentiment de notre faiblesfe et de notre ignorance eft trop aétif, pour ne pas convaincre les fages comme les ignol rans, qu'il n'apartient qu'a Dieu de refoudre nos doutes, et d'eclairer notre raifon. Et que pourrai-je vous citer de plus frappant i cet egard* que les paroies d'un ancien, d'un de ces hommes qui par fa vertu et par fes lumieres avait particulierement merité le nom de fage: etant prés de la mort, il fut demandé ce qu'il croïaït du

culte