is toegevoegd aan uw favorieten.

Lettres neuchateloises. Roman.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 78 )

mener. II faifoit nn tems fort doux. II n'y a pas beaucoup de choix ici. Nous aüames du coté du Cret , & jufqu'au mail. Nous y trouvames Mlle. de la Prife avec une de fes coufines. Nous leur demandames la permiffion de nous prornener avec elles, elle nous fut accordée. Après nous ètre un peu promenés , nous reprimes le chemin de la villes On paria nonchalamment de toutes fortes de chofes. Le Comte fut fort aimable. Mlle. de Ia Prife étoit gaie. Sa coufine & moi nous ne dimes prefque rien. Mais j'étois content: j'écoutois avec plaifir j j'étois afTez paifible ; je fouhaitois qu'il ne nous arrivat rien d'extraordinaire cette fois-la. Et en effet nous ne rencontrames perfonne , on ne nous aborda point. Mais comme nous approchions de la maifon de Mlle. de Ia Prife , il furvint une petite pluie qui augmenta a mefure que nous alfions , de forte qu'il pleuvoit afTez fort quand nous fumes chez elle. Elle nous pria fort honnêtement d'entrer , nous