is toegevoegd aan uw favorieten.

Le rôdeur.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

246 Le Ródeur^

dois en continuant de vivre dans la

retraite & dans la contrainte.

Dans ces entrefaites, mon oncle m'inportuna fouvent par des lettres remplies de confeils, que je n'ouvrois quelquefois qu'au bout d'une femaine , & que je lifots ordinairement dans une taverne, en réfléchiflant que j'étois lupérieur aux avis.ck aux inftruaions que 1'on me donnoit. Je fus furpris qu'un homme confiné dans la Province, & qui ignoroit ce qui fe paflbit dans le monde, s'ingérat de vouloir donner des lecons a un jeune homme plein de génie, né pour donner des loix a fon fiecle, pour raffiner fon gout, & multiplier fes plaifirs.

Le courier continua cependant de m'apporter de nouvelles remontrances; car mon oncle étoit peu touché du ridicule dont je 1'accablois, & des reproches que je lui faiiois, paree qu'il n'étoit pas a portée de les entendre. tes gens d'efprit font fufceptibles de reflentiment. II me fut impoflible de fupporter plus long-temps lés ufurpations, & je réfolus , une fois pour toutes , de le faire fervir dëxemple a ceux qui s'imaginent être fages paree