is toegevoegd aan uw favorieten.

Le rôdeur.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

86 Le Ródeur.

viroient qu'a hater ma chiite , je continuai de lui rendre tous les petits fervices dont j'étois capable , & je me garantis, pendant quelque temps, du mépris, en évitant toute rivalité, & en m'attachant a lui plaire plutöt qu'a briller. Mon crédit diminua cependant de jour en jour, malgré eet expédient; la fervante favorite de ma coufine commenca a me tenir tête, & me confulta fur une robe-de-chambre qu'elle ayoit commandée.

Mon humiliation fut alors complete; & quoique je connulTe alfez le monde pour fentir la néceflité d'un air riant, je me retirai fouvent dans ma chambre pour exhaler mon chagrin, pour réfléchir fur ma condition , J& voir les moyens que je pouvois employer pour me foufïraire a cette mortification perpétuelle. A la fin, mes projets &z mes chagrins furent interrompus par un changement qui arriva fubitement dans la conduite de mon coufin, qui, un jour que nous étions feuls enfemble, m'ordonna de ne plus fouffrir qu'on m'infultat, & de reprendre la place qu'il m'avoit deftinée dans la familie. II m'affura que la préférence que fa