Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

358 Let Ir es

tre moyen de défendre une mauvaife caufé; car fi l'on convient d'une circonftance, c'eft comme fi l'on avouoit tout le refte. Adieu , chere enfant; revenez le plus promptement que vous pourrez.

Je r'ouvre ma Lettre pour vous dire que j'apprends dans l'inftant que M. de Crény & M. de B * * *. fe font battus ce matin. Le dernier fe porte a merveille, & le premier en eft quitte pour une égratignure a la main. Au refte, fi leréfultat du combat n'eft pas tragique, les détails en font fuperbes, & les témoins en racontent les plus belles chofes du monde... Générofité, préfence d'efprit, délicatelfe, de tout enfin, excepté des coups d'épée donnés, & du fang répandu. En un mot, les deuxrivaux, charmés de leur bravoure mutuelle, fe font embralfés, raccommodés; & ce qui me parolt encore plus für que le rapport des témoins, c'eft que voili cette pauvre Madame de Valcé plus affligée que jamais.

Billet de Madame de Valcé h M. de Crény.

Ne fongez plus a venir chez moi; cela eft impolfible. Mais puifque Madame de Gerville a envoyé favoir de vos nouvelles, faififlez ce prétexte; allez la voir; liez-vous avec elle & avec ma belle mere , a quelque prix que ce puije être :

Sluiten