Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

XCII.

Autres cirkonjiancesde fa mort

491 Anecdotes du Miniftre

L'Auteur de Ia lettre a M. de Bayonne, s'explique tout autrement, il dit que » le » P. Malagrida fut exhorté a faire 1'aveu n de fes crimes, ck que 1'ayant refufé, on » ordonna aufïï-töt qu'il fut étranglé ck » brülé comme rebelle a 1'Eglife; qu'on »lui permit cependant cle fe confeffer ck » de le préparer a la mort; ce qu'il fit par » les acles les plus édifians, demandant » pardon a Dieu, au Roi, a 1'Inquifition, » au cas qu il eut fcandalifé quelquuti. « Voila comment meurent les Chrétiens, lors même qu'ils font intimément convaincus de leur innocence.

Un Seigneur, qui faifoit tous les ans fa retraite fous le Pere Malagrida, fe trouva fur fon paffage, lorfqu'on le conduifoit au fupplice. Ce Religieux 1'ayant apper<ju hauffa les épaules, en baiflant triftement la vue fur fon traveftiffement bizarre , comme pour faire fentir combien ce calice d'humiliation étoit amer. Sur le point d'être étranglé, on lui entendit dire diftinftement : Seigneur, aye[ pitié de moi, je remets mon efprit entre vos mains.

On affectade répandre que ce Pere étoit devenu fou. II n'auroit pas été furprenant

3ue les horreurs de la prifon, ck la crainte u fupplice euffent fait tourner la tête a un vieillard accablé d'années tk de travaux : mais fes réponfes, qui furent toutes marquées au coin de la vraie fageffe, dépofent contre cette impofture. Inter-

regé

Sluiten