is toegevoegd aan uw favorieten.

Cécilia, ou Mémoires d'une héritiere.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 25i )

parents , & de la malédiction paternellè?

La malédiction paternellè! répéta-t-il en frémiffant : oh non, jamais mon pere ne ferok afilz barbare !

II Ie feroir, n'en doutez pas, répartit-elle avec fermeté; je connois fa maniere de penfer; & fi vous êtes affecté de 1'idée qu'il pourroit vous méconnoltre pour fon fils, penfez a touc ce que vous éprouveriez lorfque nous vous aurions interdit 1'un & 1'autre notre préfence, & repréfentez-vous quels feroient vos regrets d'avoir enveloppé Mifs Beverley dans votre difgrace!

Oh! épargnez-moi cesmenaces, s'écria-t-il conflerné; lui faire partager ma difgrace... être méconnu par vous... Je vous conjure de ne plus me préfenter des objets auffi effrayants!

Ils feroient cependant inévitables, continuat-elle; encore ne vous ai-je pas tout dit: penfez aux reproches amers que vous vous ferez lorfque votre nom fera devenu étranger a vos oreilles, & que vous vous entendrez appelier de celui que vous aurez fi Mchement adopré!...

Arrêtez, arrêtez, Madame,interrompit-il, en voila beaucoup plus que je ne puis en fou teuir.

Jufte ciel! continua-t-elle, fans 1'écouter: y a-t-il rien au monde qui puiffe dédommager d'une pareille ignominie! Penfez-y bien tandis qu'il en eft encore temps. Songez au fang qui. coule dans vos vei:iis, & combien vous fe.-

L V(;