is toegevoegd aan uw favorieten.

Cécilia, ou Mémoires d'une héritiere.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C *3° )

ville; j'ai ofé lui demander fiéreraent de me nomrrier fon auteur, que je n'ai pas craint de traiter comme il le méritoit; il m'a répondu froidement qu'il étoit lié par fon ferment, qu'il avoit promis de ne jamais le découvrir, & qu'il étoit d'ailleurs bien éloigné de vouloir récompenfer 1'intérêt qu'il lui avoit témoigné prendre a 1'honneur de fa maifon , par un manque de parole aufli formel. Alors j'ai perdu tout-a-fait patience. Parler d'honneur, me fuis-je écrié, après avoir prêté Poreiüe a d'infames calomnies de cette efpece, c'eft fe moquer.... Mais il eft inutile de vous tourmenter plus long-temps; il vous eft facile d'imaginer ce qui s'eft paffé.

Ah, ciel! s'écria Cécile , vous vous êtes donc brouillé avec votre pere?

Je 1'avoue, répondit-il, & il ignore encore que je fois marié : il étoit trop en colere pour qu'il me füc pofllble de le lui apprendre; je me fuis feulement engagé par-tout ce que j'avois de plus facré, a ne prendre aucun repos que je ne vous eufle pleinement juftifiée, en découvrant 1'auteur de cette infamie; aptès quoi je 1'ai quitté fans entrer en explication.

Oh ! retournez donc direélement au ch&teau, s'écria Cécile , fongez qu'il efl votre pere; vous êtes obligé de fupporter fes foiblefles.... Hélas! fi vous ne m'aviez jamais