Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

êe Louis XIV & de Louis XV. 235 me dans plufieurs autres, le Carnaval finir. par une Foire & par des mafcarades publiques. L'Abbé Scarron voulut en être; & pour fauver la décence de fon état, il imagine de fe déguifer en Sauvage : en conféquence, il s'enduit de miel toutei les partiesdu corps, ouvre un lit de plumes , & s'y roule jufqu'a ce que le Sauvage foit bien empennê. Trois de fes amis en font autant, & 1'accompagnent a ia Foire dans ce grotefque équipage. Bientöt ces nouveaux mafques attirentl'attention de la foule; on les entoure, on les déplume, & Scarron finit par avoir plutót 1'air d'un Chanoine que d'un Américain. A ce fpeétacle, le peuple eft indigné, & crie au fcandale. Les quatre mafques fe dégagent enfin de la foule, & pourfuivis, dégouttants de miel & d'eau, par-tout relancés, ils trouvent un pont, le fautent héroïquement, & vone fe cacher dans les rofeaux de la Sarte, Bientöt leurs feux s'amortifiènt. Un froid glagant pénetre leurs veines; une lymphe acre fe jecte fur leurs nerfs & fe joue de toute la fcience des Médecins. Les trois camarades du jeune Abbé périflènt des fuites de cette aventure. Scarron nt> leur furvit que pour être un abrégé de toutes les miferes huraaines.

Sluiten