Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

(■"»,)

& les Armèniens eft plus grand que la ville; ces derniers forment le plus grand nombre de fes habitants , qui regardentErivan comme le chef-lieu de leur patrie ; ils ne manquent pas d'aller voir les ruines d'Artaxate éloignées de quelques lieues, pour y donner des larmes aux manes de leurs ancêtres, & contempler les veftiges de la Capitale oir Tigrane dicfoit des loix a toute 1'Arménie.

Le Zengui, traverfe Erivan; cette riviere fort d'un lac , oü on a bati un monaftere fur un rocher qui forme une petite ifle; il eft habité par des moines armèniens.

Erivan a été plufieurs fois un point de rivalité entre les Turcs & les Perfans qui en font les maïtres depuis Nardi-Cha ; le palais habité par le Lieutenant-Général d'Achmet-Kan eft dans la forterefle & d'une grande étendue ; la grande place plantée de be3iix arbres eft vafte & fpacieufe, & les marchés qui 1'entourent font couverts de voütes &c ont des boutiques d'une belle apparence.

Le beau pays d'Erivan rappelle Ptdée du paradis terreftre, mais je ne

Sluiten