is toegevoegd aan uw favorieten.

Épreuves du sentiment.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Histoire Angloise. I8J Votre bonheur ! ah ! Monfieur ! il n'eft pas en mon pouvoir de faire votre bonheur, ni le mien; fuis-je d'un rang?.. — Clary, que me parlez-vous de rang? quel rang approche de l'amour, de Ia beauté , de la vertu ? voila les premiers titres du monde; c'eft votre générofité qui m'élevera jufqu'a vous, fi vous daignez... — Arrêtez , Monfieur , ce langage ne doit pas être dans votre bouche ; c'eft a moi a m'abailTer, a me confondre devant tout 1'univers; cette attitude eft la feule qui me convienne; elle eft conforme a mon état; il feroit honteux pour moi que nous ne fuffions féparés que par la diftance des conditions. Vous parlez de la vertu, Monfieur !... Sachez tous mes malheurs; fachez... vous me percez le fein ; je me facrifie, je meursde douleur; oui, vous apprendrez tout; oui, vous lirez dans ce cceur qui ne peut être a vous.... & qui vous aime.

Les fanglots la fuffoquent; je lui prends les mains. — Vous m'aimez, fille divine ! vous m'aimez 1 & c'eft moi qui vous cauferois ce trouble! Ah ! que plutót j'expire mille fois! non , je nè prétends pas vous arracher vos fecrets;