is toegevoegd aan uw favorieten.

Épreuves du sentiment.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

230 Anne Bell, moins funefle qu'a nous! Mais, Syndham, je nefaurois me réfoudre a jouir d'une exiflence qui te coüte un pareil facrifice; j'aime mieux cent fois mourir. — Eft-ce que tu ne connois pas 1'amour , femme divine ? va Pon eft capable de tout, lorfqu'on fait aimer. Conferve-moi ton cceur, & il n'y a point de fatigues & de travaux que je ne fois en état de fupporter.

Le fermier étoit pénétré d'un fpectacle fi attendriflant. Mes enfants, leur dit-il, vous me touchez ! que vous me faites fentir les chagrins qui fuivent le peu de fortune, & que j'aurois de plaifir a vous foulager! tout ce qui eft en mon pouvoir, c'eftd'empêcher que Syndham ne fe livre trop au travail; il me fera cher comme mon propre fils.

Béll lui témoigne fa reconnoiflance avec cette vivacité qui exprime le fentiment , & qui en fait partager les tranfports. Tom, c'étoit le nom du fermier, les invite k diner. Cet homme refpectable rappelloit ces premiers beaux jours de Ia nature, ou la vieillefle honorée de tout ce qui Penvironnoit, & parée de fes cheveux blancs, comptoit encore plus de vertus & d'acfions biet-