is toegevoegd aan uw favorieten.

Recherches historiques sur la connoissance que les anciens avoient de l'Inde.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

186 a r r % n © % x.

dé concevoir (i). Nous y voyons des defcriptions de 1'être fuprême, aufïi belles, auffi pompcufes que celles des pbilofophes Grecs les plus vantés. Je vais en tranfcrire une, dont j'ai déja fait mention; & je prie mes ledteurs de voir les autres dans Pouvrage même. — ,, Etre éternel & tout.puiffant, „ dit Arjoon, tu es le Créateur de tout, le „ Dieu des dieux , le confervateur du monde. „ Ton Etre eft incorruptible & diftinct de „ toutes les chofes paffagères. Tu es avant „ tous les autres dieux; tu es Tanden Pou„ roush (2), & lefublime appui de Punivers. „ Tu es Ia fource fuprême, & c'eft par toi, „ Etre infïni, que le monde eft forti du néanr. j, Qü'or: s'iscline devant toi; qu'on s'iccüne ,, derrière toi ; qu'on te revère de toutes „ parts , 6 toj, qui es tout en tout. Ta „ puilTance & ta gloire font infinies. — Tu „ es le père de tous les êtres qui onc vie, „ ainfi que des chofes inanimées. Sage inftructeur du monde, tu es digne de nos adora„ tions. II n'eft aucun être femblable a toi. „ Y en a-t-il dans les trois mondes un feul „ au deflus de toi ? Je te falue donc & m'hu»

Ci) Lettre de M. Hsltings, imprimée dans la Préfaee <Ju Baghvat-Geeta, pag. 7.

fjÖ C'eft-a-dire, rame qui donne !a vie.