is toegevoegd aan je favorieten.

Histoire de Guzman d'Alfarache.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de Guzman d'Alearache; 227 Ie voulois bien. Cela étant, medit-il, tu peux entrer dans cette maifon ,& je n'exige de toi que deux chofes; la première ,que tu donnés de la paille & de Porge aux perfonnes qui t'en demanderont, & la fecon> de, que tu m'en tienne un bon & fidele compte. Je promis de m'acquitter de ce digne emploi le mieux qu'il me feroit poffible. Après cette promeffe , me voila engagé d'une maniere ine pouvoir plus m'endédire.

Quelque dure que fut la fervitudè pour moi ,qui étoisaccoutuméa me faire fervir, jenelaiffai pas d'abord d'être affez content de ma condition. II paffoit par-la peu de Cavaliers dans la journée; deforte que le plus fouvent je ne faifois que boire &z manger jufqu'è la nuit qui étoit le tempsoiilesMuletiers arrivoient. J'appris bientöt toutes les manoeuvres" qui fe font dans les Hotel leries. Comment avec de 1'eau bouillarite on fait eafler Porge d'un tiers, & de quelle fagon il faut qu'on la mefure, pour que 1'Hötelier y trouve fon compte. II ne fallut pas me montrer deux fois la revue des mangeoires, j'en favois öter un bon tiers de Porge des paffagers & des muletiers mêmes qui nous confioient le foin de leurs montures. Mais lorfqu'il nous venoit de ces jeunes Cavaliers diftingués par leurs K vj