is toegevoegd aan uw favorieten.

[Lettres persanes.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

§6 Lettres

cefferoient bientöt d'être fourds a la voix flatteufe de ce fexe qui fe fait entendre aux rochers , &c remue les chofes inanimées.

Adieu, Neffir. J'ai du plaifir a te donner des marqués de ma confiance.

De Paris , U 5 de U lune de Chahban , fji2.

L E T T R E XXVIII. Rica a ***.

Je vis hier une chofe affez finguliere J quoiqu'elle fe paffe tous les jours a Paris.

Tout le peuple s'afiemble fur la fin de 1'après-dinée, & va jouer une efpece de fcene, que j'ai entendu appeler comédie. Le grand mouvement eft fur une eftrade , qu'on nomme le théatre. Aux deux cötés on voit dans de petits réduits, qu'on nomme loges, des hommes & des femmes qui jouent enfemble des fcenes muettes, a peu prés comme celles qui font en ufage en notre Perfe.

Ici, c'eft une amante affligée qui exprime fa langueur ; une autre plus animée dévore des yeux fon amant,