Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Se Crébiilon. 47j

la vanité répara les torts de la Nature. Crébillon,après la mort de fon pere,alla recueillir la fucceffion rrès-modique qu'il lui avoit lailTée ; mais grace a fon incurie pour fes intéréts, les frais de Juftice dévorerent une partie de cette fucceffion, & le fyftcmc acheva le refte. II trouva des fecours dans les bienfaits de quelques hommes opulens , dont 1'amour-propre eut la prétention de l'en>~ richir ; mais bientöt ils fe laiferent de combler de biens un homme qui ne vouloit être ni leur complaifant, ni leur protégé ; Crébillon redevint bientót libre & pauvre \ & quoique dans le temps de fon opulence paftagere il "eüt aimé la dépenfe jufqu'aux fuperfluités & aux fantaifies, il n'eut aucune peine a fe plier au genre de vie qu'exigeoir fa nouvelle fituation. II pafta fans effort, comme autrefois Alcibiade, du luxe de la Perfe a 1'auftérité d'un Spartiate \ & ( ce qu'Alcibiade fans doute n'éprouvoir pas) il fe trouva encore plus heureux dans le fecond érat, qu'il ne favoit été dans le premier.

II avoit lailfé un fils que la mort vient d'enlever aux Lettres, & qui, comme fon pere, s'eft rendu célebre par fes

Sluiten