Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

-( 220 )

qüe la magnificence & doublement méritoire chez lui, è caufe de la modicité de fes appointemens. -— Nous y foupons ordinairement deux ou trois fois la lemaine. , Ce Prince n'eft pas fouvent des fc~ ciéte's du Roi, & on croit qu'il n'eft pas en grande faveur auprès de fon oncle. On ne fait pas encore quels font fes talens comme Général; il étoit trop jeune dans la dernière guerre pour avoir un commandement. II a 1'efprit trés jufïe, & cultivé par 1'étude. II a appris jufques h un cerrain point la langue Angloife. Ce qui 1'a engagé h. fe donner cette peine, c'eft fon admiration pour plufieurs de nos auteurs, dont il avoit lu les ouvrages dans des tra'ductions Frangoifes & Allemandes, II »lit a préfent avec affez de facilité Ia profe Angloife, & depuis quelque tems il s'eft mis è étudier Shakefpear, dont il a déja lö deux ou trois pièces.

Je pris la liberté de remarquer que le génie de Shakefpear ayant fuivj tous les labyrinthes, & pénétré jufques dans les replis les plus cachés du cceur huteaTri, fes penfécs ne pouvoient man»

Sluiten