is toegevoegd aan uw favorieten.

Essais dans le goût de ceux de Montagne, composés, en 1736.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

dans le goüt de Montagne. 233 réflexions fur ce que 1'on a vu, que le réfultat d'une mukitude de faits auxquels on n'a pas donné toute 1'attention qu'ils méritent.

On avoit formé, en 1716, un Confeil du dedans du Royaume. Le Duc d'Antin en étoit Préfident; on y avoit placé le Marquis de Beringhen 8c le Marquis de Brancas , avec quelques Confeillers d'Etat , Maïtres des Requêtes, 8c Confeillers'au Parlement; ce Confeil devoit avoir le même objet de travail que le Confeil des Dépêches a aujourd'hui. II 11e fubfifta que jufqu'au rétabliffement des Secrétaires d'Etat, c'eft - a - dire , tout au plus trois ans , après quoi M. de la Vrilliere reprit le foin des provin ces qui lui avoient autrefois appartenu. On confia le refte a MM. d'Armenonville 8c de Maurepas. Le Miniftre des Affaires étrangeres 8c celui de la Guerre n'en eurent point alors; ce n'a éte que par la fuite qu'on leur en a rendu.

Enfin on joignit a tous ces Confeils, un de Commerce , dont on donna la préfidence au Maréchal de Villeroy, l'homme du monde a qui M. le Duc d'Orléans avoit le moins d'envie de confier des détails 8c de donner de la confidération. On lui