Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

'4K 3*

Plein du fentiment de fa dignité, & attaché aux véritables intéréts de fa Maifon, ce Prince rejetta fans héfiter un vain titre

de

Les pays de la Bavière, dont la ceffion avoit été demandée au Duc de Deux Ponts, contiennent 784 milles quarrés, 1,300,000 habitans, & donnent 7 millions de florins de revenus.

La partie des Pays-Bas Autrichiens, propofée en échange , a 200 milles quarrés d'étendue , fa population eft de 1,200,000. têtes, & le Souverain en tir'e un revenu annuel de 2 a 3 millions de florins.

Ces calculs font ce que nous avons de plus pofitif jufqu'ici fur ces deux pays, malgré les varlantes qui fe trouvent dans plufieurs écrits politiques modernes, & qui font en quelque for'te inévitables dans ces fortes de dénombremens. Les détails que les Journaux de Schl'ötzér nous orit donné fur les Pays-Bas Autrichiens, font évidemment exagérés, puisque eet Auteur évalue la population k plus de 4 millions d'individus, (Correfpondance, Cahier XVI. pag. 240.") & les revenus a 9 millions de florins. (Annonces Politiques, Cahier 19. pag. 355.) Un Ecrivain Autrichien, trés inftruit, (Mr. 1'Abbé Felbiger, dans fon IntroduStion a la Géograp.hie, Tom. 1. pag. 57.) ne fixe le nombre des habitans qu'a 1,öoo,ooo, & remarque avec raifon, que fi on adoptoit deux millions, la population des Provinces-Unies feroit inférieure a celle des Pays-Bas Autrichiens; ce qui eft démenti par 1'expérience. Enfin un Tableau de finance, qui date de Vienne,

&

Sluiten