Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

De Madame de Staal. 235 cretement a Paris pour entretenir le comte de L. Je paffai trois heures tête-a-tête avec lui. II m'étala toutes les chimères imaginables; me fit voir, comme le principal fondement de leurs deffeins, la ligue du Nord dont on parloit alors , & le rétabliffement du Prétendant en Angleterre, qui ruineroit le plus ferme appui du duc d'Orléans. II n'y eut jamais d'idées plus vaftes & moins fuivies. Notre longue converfation finit par des affurances réciproques de ne prononcer pour rien le nom Pun de 1'autre, en cas de prifon & d'interrogatoire. Ce point de vue nous étoit familier, & faifoit du moins le lointain du tableau.

En retournant a. Seaux toute feule , & par une nuit très-noire, je verfai au milieu du chemin, oü je reftai plus de deux heures, partie dans un foffé, le refte dans un moulin. Du temps qu'on faifoit cas des préfages, celui-ci n'auroit pas été méprifé.

Je rendis a fon alteffe le meilleur compte

Sluiten