Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

354 Mémoires

furtif. Je cédai toutefois, entraïnée par

cette avililfr.nte paflion, qui dégrade en

nous toutes les vertus, & qui devroit nous

être odieufe autant qu'elle nous rend mé-

prifables.

II eft vrai que d'abord j'ufai rarement de ces nouveaux moyens qui m'étoient offerts; puis je m'y accoutumai par la fuite. II m'arriva quelquefois de rencontrer Menil , lorfqu'il alloit ou revenoit de chez le duc de Richelieu : cela faifoit un événement dans ma vie. Le oauvre Maifonrouge , nous ménagea quelques-unes de ces rencontres, qui, quoique briéves, nous paroilfoienr d'un grand prix : je ne jouis pas long-temps de eet avantage : une réparation qu'il fallut faire dans mon appartement , m'obligea de le quitter : on m'en offrit un qui m'auroit confervé les mêmes facilités : la crainte d'en abufer, plus encore que 1'appréhenfion d'un bruit incompatible avec le fommeil, me le fit refufer. On me prêta le logement du capitaine de la compagnie de nos gardes,

Sluiten