is toegevoegd aan je favorieten.

Le cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Contss TüRcS'i 8*. toucher a la forme du gouvernement, de pardonner aux coupables : Par-la, lui dit - elle , Vous aurez tout le monde pour Vous , le roi, les grands & le peuple.

Des inftruclions qui roulent fur de tels principes, fembloient promettre une fin heureufe. Le prince les fuivit exaöement ; mais on fe défia d'une conduite qui paroifibit étudiée. Les trois jours de fon règne expirés , Ie fecond prince monta fur le tröne-. Sa mère lui donna des lecons toutes différentes : Dépofe les vifirs-, lui dit-elle , chaffe les docteurs , élève aux grandes dignités des gens ambitieux, qui pouf fe conferver leurs emplois , t'adjugent 1'empire; & quand tu feras bien afrermi fur' le tröne, nous rappellerons les vifirs & les docleurs, && les richelfes qu'auront amaiïé tes miniftres ambitieux , ferviront a regagner la confiance & ranimer Ie zèle de ceux-ci.

Ce plan fut fuivi ; mais le peuple craignit tout d'un prince qui vouloit la couronne, & s'embarraflbit fi peu de la mériter. Le troifième fils du roi prit a fon tour 1'autorité fouveraine, il ne voulut point de confeil de fa mère. Un derviche arabe, dit-il a ceux qui s'en étonnoient, a fort fagement écrit , parlant des femmes , que dieu leur a fait un paradis a part, paree que fi elles entroient dans celui des hommes ^ TomeXFl É