Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

R O S E T T E. 133

•ik a tout le monde que le roi des paons étoit trouvé, & qu'il vouloit 1'époufer. On alluma des feux de joie, on tira le canon , l'on mangea des dragées & du fucre par-tout; l'on donna a tous ceux qui vinrent voir la princeffe pendant trois jours, une beurrée de confiture, du petit metier , & de 1'hypocras. Après qu'elle eut fait ainfi de<= libéralkés, elle laiffa fes belles poupées k fes bonnes amies, & le royaume de fon frère entre les mains des plus fages vieillards de la ville. Elle leur recommanda bien d'avoir foin de tout, de ne guères dépenfer , d'amaffer de 1'argent pour le retour du roi; elle les pria de conferver fon paon, & ne voulut mener .avec elle que fa nourrice & fa fceur de lait, avec le petit chien vert Fretillon.

Elles fe mirent dans un bateau fur la merElles portoient le boiffeau d'écus d'or, & des habits pour dix ans, k en changer deux fois par jour. Elles ne faifoient que rire & chanter. La nourrice demandoit au batelier : Approchons-nous , approchons-nous du royaume des paons ? II lui difoit: Non , non. Une autrefois elle lui demandoit: Approchons-nous , approchons-nous ? II lui difoit : Bientöt, bientöt. Une autre fois elle lui dit: Approchons-nous , approchons-nous ? II répliqua: Oui, oui. Et quand il eut dit cela, elle fe mit au bout du

Sluiten