is toegevoegd aan uw favorieten.

Le cabinet des fées; ou Collection choisie des contes des fées

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

le Mouton. 437

adorable perdit fur le champ la vie. A cette funefte vue , je me jetai fur Ragotte , & mettant 1'épée k la main , je 1'aurois immolée k des manes fi chères, fi par fon pouvoir elle ne m'eiit rendu immobile. Mes efforts étant inutiles , je tombai par terre, & je cherchois les moyens de me tuer pour me délivrer de 1'état oh j'étois, quand elle me dit avec un fourire ironique : Je veux te faire connoitre ma puiffance; tu es un lion k préfent, tu vas devenir un mouton.

Aulfitöt elle me toucha de fa baguette, &c je me trouvai métamorphofé comme vous voyez. Je ne perdis point 1'ufage de la parole , ni les fentimens de douleur que je devois k mon état. Tu feras cinq ans mouton, dit-elle , & maitre abfolu de ces beaux lieux; pendant qu'éloignée de toi, & ne voyant plus ton agréable figure , je ne fongerai qu'a la haine que je te dois.

Elle difparut. Et fi quelque chofe avoit pu adoucir ma difgrace , c'auroit été fon abfence. Les moutons parlans, qui font ici, me reconnurent pour leur roi; ils me racontèrent qu'ils étoient des malheureux qui avoient déplu par plufieurs fujets dhférens k la vindicative Fée , èc qu'elle en avoit compofé un troupeau ; que leur pénitence n'étoit pas auffi longue pour les uns que pour les autres. En effet, ajouta-t-il % de tems en tems ils. redeviennent ce qu'ils

Ee ii)