Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

510 P O N C £

dans votre chambre, qu'elle vous a diveriie , &c que vous voulïez que j'en fitte encore quelques couplets; je 1'ai apprife a don Gabriel, &c fi elle vous chagrine k préfent, c'eft k nous ou'il faut défendre de la chanter.

II étoit vrai que ces deux belles filles avoient fait des chanfons, mais il étoit vrai auffi que ce n'étoit pas celle-la ; cependant la manière dont elles 1'affuroient, perfuada dona Juana; elle eut une extreme joie de n'être pas tournëe en ridicule ; & fe radouciffant tout d'un coup : Je fuis fachée , dit-elle k Ponce de Leon, de vous avoir fait paroitre de 1'aigreur; mais mettezvous k ma place; fi ces couplets étoient pour moi , rien ne feroit plus défobligeant. Don Gabriel lui dit les chofes du monde les plus honnêtes; & fe tournant vers Ifidore: Que ne vous dois-je pas, madame, lui dit-il ! vous m'avez juftifié. Je mourrois de douleur fi dona Juana m'avoit foupconné d'ingratitude; enfuite lui parlant alfez bas pour n'être entendu que d'elle : Oui, madame , continua-t-il, je ferois mort de douleur , s'il avoit fallu m'éloigner de vous. Elle ne lui répondit que par un regard qui n'avoit rien de terrible.

Quand il fut retiré avec fon coufin, ils s'embrafsèrent, & le comte prenant la parole; -Avouons la vérité, dit-il, notre vieille nous

Sluiten