is toegevoegd aan je favorieten.

Le cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de Fleur d'Epine.' 173 la mit dans une telle colère , quëlle la jeta au nez de fa dame d'atours , après 1'avoir arrachée; & fes yeux en étoient devenus plus méchans que jamais.

Le Caiife faifoit faire , & procefficns , & prières publiques, pour qu'il plür au ciel de regarder en pitié fon pauvre peuple, ou dëmpêchet que fa fille ne le regardar, quand Tarare revint : & voici ce qu'il dit au Caiife , féant en fon confeil.

Sire , la magicienne Serène vous fait fes complimens : mais elle vous remercie de votre préfent , dont elle ne vent point ; elle dit quëlle a le fecret de rendre les yeux de la princeffe auffi traitables que ceux de votre majefté, fans leur rien örer de leur éclat, pourvu que vous lui fourniffiez quatre chofes. Quatre , dit le Caiife ! Quatre cents, fi elle veut, &— Doucemenr, s'il vous plaït , Sire , dit Tarare. La première de ces chofes , eft le portrait de Lu fante ; la feconde , Fleur-d'Epine ; 1'autre , le Chapeau lumineux ; & la dernière , la Jument fonnante. Que diable eft-ce que rout cela , dit le Caiife ? Je vais vous 1'apprendre, Sire.

Serène a une fceur qui s'appelle Dentue , prefqu'auffi favante quëlle : mais comme fon art ne lui fert qu'a. nuire , elle nëft que forcière ; au lieu que 1'autre eft une honnete magi-