Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

CONTES TARTARES, 353

mais quand je confidère combien la vie de 1'homme eft précieufe devant Dieu, je ne puis me réfoudre a 1'öter a mon voifin pour un panier de müres: cela eft vrai, reprit l'höte , & ces fentimens font très-louables; mais fans qu'il en coüte la vie a ce fripon , je veux t'en venger d'une manière toute particulière. Alors fe faifant conduire au pied du mürier, il le toucha de fa main , & 1'affura que quiconque monteroitdeffus, fans fa permiffion, yrefteroit jufqu'au jour terrible du jugement univerfel , a moins qu'il ne confentit qu'on Pen defcendïti Quelque refpeft qu'Aboutaher eüt pour fon höte, il ne put s'empêcher de rire d'une punition qui lui paroiffoit auffi ridicule qu'impoffible. Cet homme ne s'en fcandalifa pas: Aboutaher , lui dit - il, il y a des chofes plus incroyables dans notre Alcoran, y ajoutes-tu foi ? Ah ! feigneur , reprit-il, il ne m'eft pas permis d'en douter , èc notre fouverain prophéte étoit trop ami de Dieu, pour avoir mêlé aucun menfonge dans ce livre divin : oui, je les crois avec la foi inaltérable d'un vrai mufulman, prêt k perdre la vie pour les foutenir contre les infidèles. Je fuis content de toi, repliqua l'höte, il eft peu d'hommes auffi fermes que toi dans fa religion. Reconnois enmoi ce prophéte donttu viens de parler, le grand Mahomet, chef &i père Tornt XXI. 1

Sluiten