Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ii Les mille ei un quart d'heure , ville, lorfqu'il vit 3upiès drum moulin une fi jolïsj meünière , qu'il en devint éperduement amoureux. II 1'aborda fans facon, & lui ayant fait une déclaration d'amour , accompagnée d'une trèsjolie bague qu'il lui mit au doigt, il ne la trouva point rebeüe a fes défirs, Venez ici fur le foir , lui dit - elle, mon mari eft abfent pour trois ou quatre jours que nous pafferons agréablement enfemble; je vais préparer tout ce qu'il faut pour fouper-

Akouz revint a. fon logis; il fe baigna , changea d'habits, & recourna au foleil couché trouver la belle? meünière ; elle s'étoit pareillement mifc d'une propreté a faire plaifir, & le recut ayec les carefles les plus paflionnées. Enfin, feigneur, ils avoient déja. pafte enfemble une partie de la nuit, lorfque tout d'un coup la porte du moulin s'ouvrit, & qu'ils virent entter dans la chambre ou ils étoient un homme vctu en marchand. La meünière qu'Alcouz regardoit avec furprife > blêmit a cette vue; elle alla au devant du nouveau venu, & vouloit s'excufer envers lui, lorfquellt) en Wf«B un foufflet fuivi de plufieurs injures.

Sluiten